Covid-19 et épidémies hivernales chez les enfants

Lettre du Haut Conseil de Santé Publique au Directeur Général de la Santé

Les difficultés de gestion des lits dans les services de pédiatrie (réanimation, urgences et hospitalisations), liées aux infections virales saisonnières, sont récurrentes en France de fin octobre à fin février ou début mars.

La deuxième vague de Covid associée à la survenue des épidémies automno-hivernales représente une période à haut risque de mise en tension de l’offre de soins par la "cohabitation" des virus de la grippe, de la bronchiolite (VRS) et du SArs-Cov-2.

Il est déjà établi que cette offre de soins est insuffisante en phase épidémique, ce que traduit l’obligation de transférer chaque hiver, lorsque le système de soins sature en Ile-de-France, certains cas de bronchiolite parmi les plus graves en dehors de cette région. Même si les données de l’hiver austral permettent d’espérer que ce scénario est peu probable, une saturation des structures de soins pédiatriques pourrait être dramatique et mérite d’être prévenue.

A court terme, il faut tenter de limiter l’épidémie de bronchiolite par une campagne d’information attirant l’attention des professionnels et du public sur l’intérêt de mesures d’hygiène efficaces sur les trois virus et renforcer les incitations à la vaccination antigrippale des personnes figurant sur la liste des populations cibles, notamment les femmes enceintes et les personnes s’occupant de nourrissons vulnérables. Par ailleurs, il est nécessaire d’anticiper une saturation des services de pédiatrie, urgences et réanimation dans un contexte de surcharge des services d’adultes.